Pharmacie de garde
Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin
 Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin
  Science et Conscience - Unité de Doctrine et Discipline.
  Articles archivés  Sujets
Toute l'actualité du site
Connexion
Principal
Communauté
POURQUOI SACRIFIER VOTRE PHARMACIE AU PROFIT DE LA GRANDE DISTRIBUTION ?

 

Pourquoi sacrifier votre pharmacie au profit de la grande distribution ?

 

La pharmacie d’officine en France c’est :

1) une équipe officinale qualifiée et de proximité partout en France, 24h/24 et 7j/7 

2) zéro contrefaçon, la sécurité sanitaire pour tous les patients 

3) les médicaments les moins chers d’Europe (excepté Royaume-Uni) 

4) la prévention, le dépistage, les livraisons à domicile, les conseils et premiers soins gratuits.

Tout cela pour un éventuel gain de 6* euros par personne, par an.

(*source : Les Echos du 4/09/2014)

Bienvenue sur le site Pharma68

Ce site dû à l'initiative du Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin est à votre service. Il comprend un certain nombre de rubriques pratiques telles que :

- le service de garde des pharmaciens du Haut-Rhin 

- des informations pratiques pour les patients

- des informations pratiques pour les pharmaciens

- la carte Sesam-Vitale : mode d'emploi

- Un Forum interactif pour tous vos problèmes de Médicaments ( Génériques, Posologies, Remboursements,etc...) veuillez vous inscrire pour poster

 

Ce site sera progressivement complété en tenant compte des besoins exprimés. Il se veut interactif. Nous savons que son développement et sa réussite seront à l'image des services rendus et espérons que l'intérêt que vous lui porterez ne se démentira pas.
Nous remercions tous les confrères qui ont participé à sa réalisation.

Jean François KUENTZ, Pierre HICKEL, Présidents

 

 

Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin
52,Avenue Roger Salengro
68100 Mulhouse
tél : 03 89 45 38 03
fax : 03 89 56 46 15

syndicat.des.pharmaciens.68(at)wanadoo.fr

Lundi, Mardi et Jeudi : de 7H45 à 12H15 et de 13H15 à 17H00

Mercredi matin : de 9H00 à 12H00

Vendredi matin : de 7H45 à 12H00

 

 

sur ordonnance  
Sujet: Médicaments

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a signé hier un arrêté à effet immédiat rendant tous les médicaments contenant de la codéine, du dextrométhorphane, de l'éthylmorphine ou de la noscapine disponible uniquement sur ordonnance.

Néo-Codion, CodéDrill, Tussipax, Codoliprane, Claradol Codéiné, Humex Toux Sèche dextrométhorphane… L'ensemble des médicaments contenant de la codéine ou d'autres dérivés de l'opium est désormais sur prescription obligatoire. La liste qui circule actuellement via le dossier pharmaceutique, non exhaustive, comprend plus de 80 présentations. Tous ces médicaments sont sur liste 1 (pour les spécialités contenant du dextrométhorphane, de la noscapine, ainsi que les formes autres que le sirop contenant de l'éthylmorphine ou de la codéine) ou sur liste 2 (les sirops à base de codéine ou d'éthylmorphine). Les conditions d’exonération à la réglementation des substances vénéneuses dont ces médicaments bénéficiaient jusqu'alors si la quantité de principe actif était inférieure à 30 mg sont donc supprimées. Aucune des spécialités concernées n'était disponible en accès direct.

Concrètement, le pharmacien ne peut désormais plus délivrer ces spécialités sans ordonnance et il n'est plus autorisé à en proposer la vente sur son site Internet. Des restrictions de délivrance qui devraient satisfaire l'Ordre des pharmaciens.

La décision d'Agnès Buzyn, prise en lien avec la Direction générale de la santé (DGS) et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) fait suite à l'identification de nombreux cas d'abus et d'usage détournés de ces médicaments. Notamment la mode du « Purple Drank », un cocktail à base de codéine, d'antihistaminique et de soda, en constante augmentation chez les adolescents et les jeunes adultes depuis 2015, qui a provoqué deux décès depuis le début de l'année. La Commission des stupéfiants et psychotropes de l'ANSM a rendu, le 29 juin dernier, un avis favorable à la prescription médicale obligatoire pour toutes ces spécialités pharmaceutiques.



Proposé par andre le mardi 18 juillet 2017 Lire la suite...

11 Vaccins Obligatoires en 2018  
Sujet: Vaccinations
 

La liste des onze vaccins obligatoires

 
 
 

Actuellement, l’obligation concerne les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP).

S’y ajouteront ceux contre l’haemophilius influenza B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites), la coqueluche, l’hépatite B, la rougeole, les oreillons, la rubéole, le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites) et le pneumocoque (bactérie provoquant des pneumopathies et des méningites).


Vaccins obligatoires : ce qui va changer

À partir de 2018, les enfants de moins de deux ans devront être vaccinés contre onze maladies. Les vaccins seront remboursés intégralement.

 
Le coût pour la Sécurité sociale est de l’ordre de 10 à 20 millions d’euros, selon la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Photo AFP
 

En 2018, les tout-petits devront obligatoirement être vaccinés contre onze maladies. Aujourd’hui, l’obligation ne concerne que trois vaccins, les huit autres étant seulement recommandés.

Qui est concerné ?

Les enfants de moins de deux ans sont concernés par l’extension de la vaccination obligatoire.

Combien d’injections ?

Passer de trois à onze vaccins obligatoires représente 10 injections pour les enfants, étalées sur deux ans. Au moins 70 % des enfants ont déjà ces 10 injections sur deux ans, et 80 % plus d’injections, car ils font déjà les vaccins recommandés.

Quand ?

La ministre prévoit un texte précisant les modalités et le calendrier à la fin de l’année pour une mise en place de l’obligation en 2018.

Combien ça va coûter ?

Les onze vaccins seront pris en charge à 100 % : 65 % par la sécurité sociale, 35 % par les complémentaires santé qui proposent un « contrat responsable ». La ministre réfléchit aux modalités de prise en charge intégrale pour les patients ne disposant pas de mutuelles. L’objectif est que le patient n’ait rien à payer quelle que soit sa situation.

Le coût de l’extension de la vaccination est estimé entre 10 et 20 millions d’euros pour l’Assurance maladie, selon Agnès Buzyn, la ministre de la santé.

Quelles sanctions ?

Le non-respect de la vaccination est passible de six mois d’emprisonnement et de 3750 euros d’amende. « En France, ces sanctions ne sont quasiment jamais appliquées » , observe la ministre, qui préfère des mesures de pédagogie à des pénalités. Elle travaille à des mesures d’accompagnement pour convaincre les familles de l’utilité de la vaccination. « Les vaccins sont des produits sûrs. Ils peuvent parfois avoir des effets indésirables, mais le risque est bien plus important à ne pas être vacciné. Nous n’avons pas assez expliqué le bien-fondé de la vaccination, d’où la défiance que l’on constate » , plaide Agnès Buzyn.

La liste peut-elle évoluer ?

Un rendez-vous annuel sera organisé pour faire l’état de la vaccination en France. Ce sera l’occasion de voir la progression de la couverture vaccinale mais aussi de revoir éventuellement la liste des vaccins obligatoires.

(sources l'Alsace)

Proposé par andre le jeudi 06 juillet 2017 Lire la suite...

Vaccinations  
Sujet: Vaccinations
La Semaine européenne de la vaccination se déroule cette année du 23 au 29 avril. À cette occasion, l’ARS et de nombreux partenaires se mobilisent et organisent, à destination du public et des professionnels de santé, des conférences, des séances gratuites de vaccination…
Corps de texte

Créée à l’initiative de l’OMS, la Semaine européenne de la vaccination a pour objectif de rappeler à tous les publics les bénéfices de la vaccination.

L’ARS Grand Est poursuit son engagement en faveur de la vaccination et met en place, avec ses partenaires et les professionnels de santé, un programme de sensibilisation durant toute cette semaine. Retrouvez toutes les actions organisées en région.
 

Pourquoi se faire vacciner ?

Le vaccin est la seule protection efficace contre certaines maladies infectieuses (tétanos, rougeole, coqueluche…). Lorsque l’on se fait vacciner, on évite de développer des maladies et par conséquent, de les transmettre aux autres. On se protège donc soi-même mais on protège aussi les autres : ses enfants, ses parents, ses amis, ses collègues…

Grâce aux vaccins, de nombreuses maladies ont disparu en France ou sont devenues très rares. En cas de couverture vaccinale insuffisante, ces maladies peuvent ressurgir. Par exemple, depuis le début d’année, la région Grand Est est touchée par une épidémie de rougeole : 67 cas recensés au 11 avril 2017 alors qu’en 2016, seuls 4 cas avaient été déclarés. Les investigations menées par l’ARS ont mis en évidence une absence de vaccination ou une vaccination incomplète contre la rougeole des personnes touchées. Cette épidémie confirme la nécessité de maintenir une couverture vaccinale élevée même pour des maladies que l’on pense disparues.
 

Qu’est-ce que signifie être à jour dans ses vaccins ?

Etre à jour, c’est avoir reçu les vaccins recommandés en fonction de son âge et avec le bon nombre d’injections. Vous ne savez pas si vous êtes à jour ? Faites le test en quelques minutes sur www.mesvaccins.net/web/recommendations

Et si vous n’êtes pas à jour, il n’est pas nécessaire de tout recommencer. Il suffit de reprendre la vaccination là où elle a été interrompue. On parle alors de « rattrapage ».

Consultez le calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2017
 

Suivez facilement vos vaccins avec le carnet de vaccination électronique

Le carnet de vaccination électronique vous permet de savoir facilement où vous en êtes dans vos vaccins. Créer son carnet de vaccination électronique est simple et gratuit. Il vous suffit de remplir une fiche de renseignements et de la faire valider par votre médecin traitant. Le carnet de vaccination électronique vous alerte par SMS ou mail au moment de vos rappels.

Créez votre carnet de vaccination électronique sur www.mesvaccins.net ou en téléchargeant l’application Smartphone MesVaccins.
 

Aller plus loin

Documents à télécharger

Liens utiles

Proposé par andre le mardi 25 avril 2017 Lire la suite...

Diabète  
Sujet: Etude de Cas

4 vérités autour de la glycémie et du diabète de type 2

On peut être diabétique sans le savoir

Une glycémie (taux de sucre dans le sang) trop élevée (hyperglycémie), ça ne se voit pas. Ainsi, le diabète évolue silencieusement et peut passer inaperçu pendant de nombreuses années. Selon la Fédération française des diabétiques, il s’écoule en moyenne 5 à 10 ans entre la première hyperglycémie et le diagnostic de diabète. On estime ainsi qu’un diabétique sur deux ignore être atteint de cette maladie et ne bénéficie donc pas d’une prise en charge adaptée.
La seule façon de savoir si l’on est diabétique est de faire mesurer son taux de sucre dans le sang. Cette mesure est ensuite à renouveler régulièrement, de façon plus ou moins rapprochée en fonction des facteurs de risque de chacun : âge, antécédents familiaux, habitudes alimentaires, surpoids, etc.  

Le diabète est une maladie mortelle

Le diabète est à l’origine de 30.000 morts chaque année dans notre pays. Car non diagnostiquée ou mal soignée, cette maladie finit par exposer à de très graves complications pouvant mener à l’amputation, à la cécité, à l’insuffisance rénale, voire au décès par infarctus. En effet, à la longue, une glycémie trop élevée (trop de sucre dans le sang) affaiblit les parois des petits vaisseaux de tout l’organisme, privant les tissus d’oxygène et de nutriments et entraînant des destructions irréversibles se manifestant tour à tour par des troubles oculaires, des neuropathies, des troubles de la sensibilité, des infections, un ralentissement des processus de cicatrisation, des néphropathies, une augmentation de la coagulation sanguine favorisant les maladies cardiovasculaires, etc. C’est ainsi qu’une personne meurt d’un diabète de type 2 toutes les 8 secondes dans le monde.
En France, le diabète représente la 1ère cause d’amputations (hors accidents) avec 8.000 cas par an, la 1ère cause de cécité après 65 ans avec plus de 1.000 cas par an, la 2e cause d’accidents cardiovasculaires et un quart des cas d’insuffisance rénale. En moyenne, le diabétique a une espérance de vie moindre de 5 à 10 ans…

Le diabète est une maladie extrêmement fréquente

On estime aujourd’hui à 4 millions le nombre de Français diabétiques. Selon les prévisions, si rien ne change, un Français sur dix sera concerné d’ici 10 ans. Le diabète n’a cessé de progresser au cours des dernières décennies à tel point que l’on parle d’épidémie : chaque jour, 400 nouveaux cas de diabète de type 2 apparaissent. Un appel pour faire du diabète une Grande Cause Nationale a été lancé.

On sait prévenir le diabète de type 2

Si l’on ne peut rien contre l’âge ou les prédispositions génétiques, il est possible d’agir sur de nombreux autres facteurs relevant des habitudes alimentaires et de l’activité physique.

  • Manger de façon saine et équilibrée en faisant trois repas par jour et en évitant le grignotage, en limitant les produits gras et sucrés et en privilégiant les fruits et les légumes.
  • Favoriser tout types d’activité physique : marche, montée des escaliers, bricolage, jardinage, courts trajets à pied (jusque chez le boulanger, la sortie de l’école…), loisirs actifs (vélo, roller, simple balade…). L’objectif minimal à atteindre : l’équivalent de 30 minutes de marche rapide par jour.

3 vérités bonnes à savoir si l’on est diabétique

Le diabétique doit surveiller plus attentivement sa bouche, ses pieds, ses yeux

Les plus petits vaisseaux sanguins périphériques étant les plus sensibles à l’hyperglycémie, le diabétique doit plus particulièrement surveiller sa vue et ses pieds. Outre les visites régulières chez l’ophtalmologiste, toute personne atteinte d’un diabète de type 2 doit systématiquement montrer ses pieds à son médecin, voire bénéficier très régulièrement de soins de podologie. La sphère bucco-dentaire est une autre zone très sensible chez le diabétique car une glycémie élevée rend vulnérable aux caries et aux autres maladies parodontales. Inversement, les parodontites accentuent le déséquilibre du diabète.

Les troubles du sommeil sont plus fréquents chez le diabétique.

Il existe une relation forte entre le sommeil et le diabète. Le manque de sommeil a été associé à un dérèglement du métabolisme des glucides. Et inversement les diabétiques sont plus souvent atteints de troubles de sommeil que la population générale. C’est ainsi que les personnes souffrant de diabète sont de plus grands consommateurs de somnifères et d’hypnotiques. En pratique, il est très important de parler de ses troubles du sommeil à son médecin, que l’on soit diabétique ou non, afin de, respectivement, bénéficier d’une prise en charge adaptée et d’envisager un dosage de la glycémie pour dépister un éventuel diabète. 

Le diabétique doit se faire vacciner contre la grippe.

Le diabétique est plus vulnérable face à la grippe car les hyperglycémies fragilisent son système immunitaire. C’est ainsi qu’en cas de diabète de type 2 les risques de complications de la grippe sont plus importants : pneumonie virale, bactérienne, détresse respiratoire, etc. Le virus peut par ailleurs entraîner un déséquilibre du métabolisme glucidique aggravant les complications du diabète. En conclusion, les diabétiques doivent se faire vacciner contre la grippe tous les ans. Ils font partie des personnes fragiles bénéficiant de la gratuité du vaccin (pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie).

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le 18/02/2015 - 11h41

Fédération française des diabétiques, http://www.afd.asso.fr.

Proposé par andre le lundi 20 mars 2017

Vaccination  
Sujet: Prochainement

Vaccination antigrippe par les pharmaciens

La vaccination par les pharmaciens d’officine vient d’être votée par la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale dans le cadre de l’examen du PLFSS pour 2017.

L’amendement voté mardi 18 octobre prévoit que « l’Etat peut autoriser, à titre expérimental et pour une durée de 3 ans, le financement de l’administration par les pharmaciens du vaccin contre la grippe saisonnière aux personnes adultes. »

La FSPF se réjouit qu’à travers cet amendement présenté par Madame DELAUNAY, rapporteur pour l’Assurance maladie,  les députés aient souhaité donner la possibilité aux pharmaciens de contribuer à l’objectif d’amélioration de la couverture vaccinale en France, en complément des autres professionnels de santé habilités et non à leur détriment. Par sa proximité et son accessibilité, le pharmacien peut couvrir les besoins de tous ceux dont la démarche vaccinale est aujourd’hui rendue difficile.

Il s’agit d’une première étape qui appelle une confirmation par un vote en séance publique par l’Assemblée nationale dans les prochains jours.

La FSPF sera attentive non seulement aux conditions d’application de cette expérimentation, notamment en ce qui concerne la formation initiale et continue, mais également à la nécessité d’une rémunération adaptée. La FSPF rappelle également que chaque pharmacien est libre de pratiquer, ou non, la vaccination.
Proposé par andre le jeudi 20 octobre 2016 Lire la suite...

Mois sans Tabac  
Sujet: Conseils
 

Mois sans tabac

En novembre, on arrête ensemble.

je participe je soutiens un proche

11 780 participants

 

Moi(s) sans tabac
en quelques mots ...

Moi(s) sans tabac, c’est un défi collectif qui propose à tous les fumeurs d’arrêter pendant un mois avec le soutien de leurs proches.

Pourquoi un mois ?
Au-delà, les chances d’arrêter définitivement sont multipliées par 5. Alors en novembre, on arrête ensemble.

Ils ont rejoint le mouvement #MoisSansTabac

 

  • Découvrez les portraits des participants.
  • Retrouvez les aventures de Zoé et Stéphane de Plus Belle La Vie.
  • Rejoignez le mouvement sur Facebook et bénéficiez chaque jour des astuces et conseils de la communauté.

découvrir la communauté

 

Préparez-vous grâce au kit
Moi(s) sans tabac

Pour arrêter de fumer, profitez d’outils pratiques et gratuits pour tenir les 30 premiers jours :

  • le livret Je me prépare
  • l’agenda 30 jours pour arrêter de fumer
  • la carte Le stress ne passera pas par moi
  • le sticker Je retrouve la forme, pas les formes
  • la roue Je calcule mes économies
  • le badge Moi(s) sans tabac

je commande mon kit je télécharge mon kit

l'appli

Tabac info service

Application mobile
à télécharger gratuitement

Caractéristiques :

  • un programme d'e-coaching 100% personnalisé
  • des conseils de tabacologues
  • des astuces et des mini-jeux
  • des vidéos de soutien
  • le suivi des bénéfices de l'arrêt au quotidien (économies et santé)

Proposé par andre le jeudi 13 octobre 2016 Lire la suite...

Campagne Médicament générique  
Sujet: Médicaments


En 20 ans, les médicaments génériques se sont installés dans la vie quotidienne des Français : aujourd’hui, 8 Français sur 10 les utilisent et 93% en sont satisfaits.

Cependant, l’information des professionnels de santé et des patients sur ces médicaments peut encore progresser : seuls 47% des patients, 64% des médecins généralistes et 86% des pharmaciens savent par exemple qu’il existe des médicaments génériques qui soignent le cancer.

La campagne d’information que lance aujourd’hui Marisol Touraine met à la disposition des patients et des professionnels de santé des données claires et précises sur l’efficacité, la qualité et la sécurité de ces médicaments.

Son objectif : lever les derniers doutes et idées reçues pour ancrer définitivement l’usage des médicaments génériques dans la vie quotidienne des Français.

Cette campagne conforte par ailleurs leur statut de médicament à part entière : un concentré d’expérience et d’expertise, efficace et sûr, économique et citoyen.

Des outils de communication ludiques et pédagogiques ont ainsi été développés autour d’une signature « Devenir générique ça se mérite » :

- un spot TV diffusé sur les chaînes nationales du 27 septembre au 18 octobre



Lien pour "devenir générique ça se mérite"



Efficaces, sûrs et économiques, ils participent à la pérennité de notre système de santé. 7 milliards d’euros en cinq ans : telles sont les économies que nous avons réalisées grâce à eux. Des économies réinvesties afin d’améliorer l’accès de tous à des traitements innovants.

Aujourd’hui, il faut aller plus loin et lever les derniers freins à l’usage de ces médicaments.

J’ai lancé en ce sens, en mars 2015, le Plan national de promotion des médicaments génériques. Cette grande campagne d’information est l’un des volets de ce plan.

Son objectif : renforcer la confiance et les connaissances des Français, patients comme professionnels de santé, en mettant à leur disposition une information claire et précise.

Pour porter haut le message de cette campagne, chaque acteur de la chaîne d’information doit en être le relais. Patients, prescripteurs, pharmaciens, chacun doit s’engager pour répondre aux interrogations et orienter celles et ceux qui auraient encore des questions, des doutes, vers le site www.medicaments.gouv.fr.

Renforcer la confiance et les connaissances des Français, lever les craintes qui persistent, valoriser le rôle des professionnels de santé en tant que prescripteurs et assurer la pérennité financière de notre système de santé, tels sont les enjeux de cette campagne qui doit tous nous mobiliser.


- une campagne digitale, comprenant notamment plusieurs vidéos pédagogiques sur les médicaments génériques (Comment sont-ils contrôlés ? Pourquoi les utiliser ?) diffusée sur les sites du ministère et de ses partenaires, ainsi que sur les réseaux sociaux à partir du 27 septembre

- un espace d’information et d’échanges au service des professionnels de santé et du grand public : du 27 septembre au 25 novembre, les internautes pourront poser toutes leurs questions sur les médicaments génériques à des experts

- 10 annonces illustrées, déclinées autour des cinq thématiques de la campagne (l’antériorité, l’efficacité-sécurité, la qualité, les enjeux économiques et sociétaux, la pratique au quotidien) affichées dans les pharmacies et centres commerciaux, et publiées dans la presse du 2 octobre au 27 novembre

- des spots radio, donnant la parole à des experts et à des professionnels de santé, diffusés pendant trois semaines à partir du 22 octobre

- des outils pour faciliter la pratique des professionnels de santé : 5 mémos pratiques ont été élaborés à partir de tables rondes réunissant des professionnels de santé et patients organisées en région en partenariat avec le Collège de la Médecine Générale (CMG)

Proposé par andre le mardi 04 octobre 2016 Lire la suite...

Mobilisation du 30 septembre 2015  
Sujet: Informations

Mobilisons-nous ! 

 

Chers Confrères,

Une action de communication de grande ampleur a été mise en oeuvre par la FSPF.

Cette opération nécessite une grande coordination à l’échelon national. Sa préparation dans la plus grande discrétion était essentielle à sa réussite, c’est pourquoi nous avons attendu le dernier jour pour vous en informer.

Le 30 septembre 2015 est la date anniversaire de notre mouvement de 2014.

A cette occasion nous tenons, d’une part à remercier les millions de patients qui ont signé notre pétition et nous les informons sur les dangers qui planent sur la pharmacie française et, d’autre part, nous envoyons un message d’alerte à tous nos hommes politiques, en particulier au Président de la République, sous forme de lettre ouverte. Le SPHR prendra contact avec tous les élus du département pour leur expliquer la situation critique de la pharmacie française.

Cette lettre sera publiée demain, mercredi 30 septembre, dans le journal Le Monde et sera relayée par d’autres médias grand public et professionnels ainsi que dans la presse locale.

Nous vous demandons de l’afficher sur vos vitrines (PJ 1) ainsi que l’affiche « STOP » (PJ 2) à partir de demain, ces mêmes documents vont vous être adressés par fax par la FSPF. 

Nous vous encourageons fortement à envoyer un exemplaire de la lettre ouverte (Voir suite du document), revêtu du cachet de votre officine, au Palais de l’Elysée, sans l’affranchir.

La réussite de cette opération dépend de vous !

Confraternellement,

 

Les membres du bureau syndical
Proposé par andre le mardi 29 septembre 2015 Lire la suite...


107 Articles (14 pages, 8 Articles par page)

News
 
18.07.2017Version imprimableEnvoyer cet article à un(e) ami(e)plus 7261commentaire(s)Pseudo: andre505 lectures

sur ordonnance

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a signé hier un arrêté à effet immédiat rendant tous les médicaments contenant de la codéine, ...
06.07.2017Version imprimableEnvoyer cet article à un(e) ami(e)plus 3399commentaire(s)Pseudo: andre451 lectures

11 Vaccins Obligatoires en 2018

  La liste des onze vaccins obligatoires       Actuellement, l’obligation concerne les ...
25.04.2017Version imprimableEnvoyer cet article à un(e) ami(e)plus 6044commentaire(s)Pseudo: andre757 lectures

Vaccinations

La Semaine européenne de la vaccination se déroule cette année du 23 au 29 avril. À cette occasion, l’ARS et de nombreux partenaires se ...
20.03.2017Version imprimableEnvoyer cet article à un(e) ami(e)plus 6020commentaire(s)Pseudo: andre794 lectures

Diabète

4 vérités autour de la glycémie et du diabète de type 2 On peut être diabétique sans le savoir Une glycémie (taux de sucre dans le sang) ...
20.10.2016Version imprimableEnvoyer cet article à un(e) ami(e)plus 1541commentaire(s)Pseudo: andre1208 lectures

Vaccination

Vaccination antigrippe par les pharmaciens La vaccination par les pharmaciens d’officine vient d’être ...
13.10.2016Version imprimableEnvoyer cet article à un(e) ami(e)plus 3533commentaire(s)Pseudo: andre1366 lectures

Mois sans Tabac

  tabac-info-service.fr Espace partenaire  Je me connecte ...
04.10.2016Version imprimableEnvoyer cet article à un(e) ami(e)plus 4195commentaire(s)Pseudo: andre1708 lectures

Campagne Médicament générique


En 20 ans, les médicaments génériques se sont installés dans la vie ...
29.09.2015Version imprimableEnvoyer cet article à un(e) ami(e)plus 1684commentaire(s)Pseudo: andre1574 lectures

Mobilisation du 30 septembre 2015

Mobilisons-nous !    Chers Confrères, Une action de communication de grande ampleur a été ...

Tous les logos et les marques présentes sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Des détails sur les copyrights et les modules installés peuvent être trouvés Ici.

Vous pouvez syndiquer le contenu de ce site : Flux-RSS/RDF.

Les commentaires, les articles et le contenu sont quand à eux sous la responsabilité de leurs rédacteurs.
© by Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin


Page générée en 0.0516 secondes, avec 11 requêtes SQL