Pharmacie de garde
Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin - Pétition : Demain, il sera peut-être trop tard
 Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin
  Science et Conscience - Unité de Doctrine et Discipline.
  Articles archivés  Sujets
Toute l'actualité du site
Connexion
Principal
Communauté
Temps de lecture à propos de 8 minutes
Pétition : Demain, il sera peut-être trop tard  
Proposé par andre le jeudi 29 mai 2008

Informations

Bonjour,
Vous avez récemment souhaité savoir pourquoi il est urgent de tomber malade aujourd’hui… C’est simple : parce que demain il sera peut-être trop tard.
Trop tard pour être bien conseillé en matière de santé.
La libéralisation et l’ouverture de la vente de médicaments à la concurrence pourraient faire disparaître le conseil de proximité et la garantie de sécurité que vous offrent aujourd’hui 23000 pharmaciens partout en France.
Alors n’attendez pas, il y a urgence.
Rendez-vous sur
www.defendezvotresante.com pour vous informer et nous aider à défendre votre santé. Invitez également vos amis à connaitre ce site.
Les Pharmaciens,
Notre métier, c’est votre santé.


Veuillez signer la pétition en ligne sur le site : http://www.defendezvotresante.com/


Un réseau au service de votre Santé :

Le réseau des pharmacies d’officine délivre les médicaments selon des règles strictes encadrées par l’Etat. Ces règles permettent d’assurer en faveur des patients et de la santé publique un service en permanence, partout en France, pour tous et en toute sécurité :

  • la vente de médicaments strictement assurée dans les pharmacies d’officine est la garantie d’un conseil de qualité en toute sécurité quels que soient les revenus des patients,

  • la répartition équilibrée des pharmacies d’officine sur le territoire national est la garantie d’un service de proximité,

  • le capital des officines détenu uniquement par des pharmaciens est la garantie de l’indépendance du conseil santé,

Aujourd’hui, des réformes menacent de déstructurer le réseau des pharmacies.

Demain, aurons-nous toujours la sécurité, la proximité et le conseil pour notre santé ?

La pharmacie d’officine en chiffres clés
  • 23 000 officines uniformément réparties sur l’ensemble du territoire français
  • 1 pharmacie pour environ 2500 habitants
  • 4 millions de Françaisrencontrés chaque jour en officine
  • 55 000 pharmaciens et 120 000 salariés

Le pharmacien sait vous orienter quelle que soit votre situation personnelle et vos revenus.
Professionnel de santé au terme d’une formation spécialisée de 6 années d’université, le pharmacien vous prodigue les conseils nécessaires au bon usage des médicaments. Il est aussi garant de la sécurité de leur vente. Il a l’obligation de se fournir auprès de fabricants dûment contrôlés afin d’éviter toute contrefaçon.
Inscrit à l’Ordre national des pharmaciens, le pharmacien est soumis à des règles éthiques et déontulogiques strictes. Professionnel de santé, il exerce dans un établissement pharmaceutique officiel, contrôlé par les Autorités de santé.

  • Vendre des médicaments hors de l’officine, ce serait prendre de réels risques pour votre santé et votre sécurité.

Aujourd’hui, les pharmaciens d’officine assurent un service de garde 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, partout en France, ce qui vous évite de vous heurter à un rideau baissé.
Chaque Français a accès à une officine à moins de 6 minutes de chez lui. Le vieillissement de la population et l’augmentation des maladies chroniques accroissent les besoins de soins primaires et quotidiens. Votre pharmacie, porte d’entrée des soins de premier recours, est de plus en plus précieuse.

  • Perdre l’équilibre du réseau officinal implanté sur tout le territoire, ce serait prendre de réels risques pour votre santé et votre accueil de proximité.

Votre pharmacien exerce aujourd’hui son activité en toute indépendance et vous garantit un conseil libre et objectif car il est propriétaire de son officine et à ce titre juridiquement responsable de tous ses actes.

Laisser la propriété des officines françaises à des investisseurs non-professionnels de santé pourrait faire passer les préoccupations de santé publique au second plan avec :

  • l’aggravation des inégalités d’accès aux soins dans les zones de désertification médicale,

  • la création de groupes dominants au poids économique démesuré face aux autorités de santé,

  • l’utilisation de ressources de l’assurance maladie au profit de groupes financiers et de
    fonds de pension étrangers,

  • les ingérences inévitables de ces investisseurs dans l’organisation des soins,

  • le risque d’utilisation des données individuelles de santé.
  • Ouvrir le capital des pharmacies, ce serait prendre de réels risques pour votre santé et pour le bon usage de médicaments adapté aux seuls critères de santé publique.

 

Les Français et leur Pharmacien

Comme le démontrent les récents sondages d’opinion, la cote d’amour des pharmaciens est au plus haut chez les Français. Ceux-ci ont une grande confiance dans leur conseil et dans leur capacité à évuluer face aux enjeux actuels.

 

Les patients ont une très bonne image des pharmaciens d’officine, et reconnaissent les nombreuses évulutions qu’a connues la profession au cours de ces dernières années (étude d’opinion TNS Sofres, mars 2007) :

  • 93% leur font une totale confiance ; 

  • 94% estiment que le nombre de pharmacies à proximité de leur domicile est satisfaisant ; 

  • 69% considèrent les pharmaciens comme des professionnels de santé à qui l’on demande conseil, et 68 % estiment qu’ils ont progressé au cours des dernières années dans ce domaine ;

  • 66% en attendent prioritairement des explications et précisions sur les posulogies ;

  • 83% pensent que les pharmaciens ont un rôle accru à jouer en matière d’information du grand public dans le cadre des campagnes nationales, 83 % pour la veille sanitaire, 76 % pour des déplacements à domicile pour servir les personnes dépendantes.

La pharmacie, meilleure garantie pour la sécurité des patients

Les Français considèrent que la vente des médicaments hors de l’officine représenterait des risques pour la qualité des soins et la sécurité sanitaire (baromètre Ipsos Santé, janvier 2008) :

  • 76 % considèrent que le fait d’acheter certains médicaments ailleurs que dans les pharmacies, en libre service (grandes distribution, …), ferait peser plus de risques sur leur santé, par rapport à la situation actuelle où c’est le pharmacien qui délivre des médicaments ;

  • 95 % considèrent que les pharmacies sont une meilleure garantie de la lutte contre les contrefaçons de médicaments, par rapport à d’autres formes de commerce (grande distribution, Internet, …).

 

Toutes vos questions

Qu’est-ce que le monopole des pharmaciens ?

Le monopole pharmaceutique permet d’assurer la vente de médicaments uniquement au sein de pharmacies afin de garantir et de réglementer la sécurité de dispensation. Il s’agit de s’appuyer sur les compétences et la déontulogie des pharmaciens, qui constituent un bouclier face aux contrefaçons. En contre-partie, les pharmaciens assurent un service de garde 24h/24 et 7 jours/7.
Le pharmacien, s’il a le monopole de dispensation, a aussi des obligations de service public.

L’ouverture du capital ferait-elle prendre des risques à la santé ?

Demain, si la propriété des officines était cédée à des investisseurs, les préoccupations de santé publique passeraient au second plan : le patient ne pourrait plus obtenir de conseil libre et objectif car la rentabilité passerait avant tout. En outre, on pourrait craindre l’aggravation des inégalités d’accès aux soins dans les zones de désertification médicale, les ingérences inévitables de ces investisseurs dans l’organisation des soins. Les données individuelles et confidentielles sur la santé de chacun pourraient également être diffusées sans aucun contrôle.

Quelles seraient les conséquences d’une dérégulation de la répartition des officines en France ?

Aujourd’hui, le réseau officinal français est présent sur l’ensemble du territoire, y compris dans les zones rurales et dans les zones désertées. L’officine est la porte d’entrée naturelle des soins de premiers recours, alors que la répartition médicale soulève de nombreuses difficultés. Demain, si le réseau était dérégulé, les investisseurs refuseraient de s’installer dans ces zones pour des raisons de rentabilité, et ce sont les patients qui en souffriraient.

Pourquoi le conseil dans des établissements vendant en libre-service en-dehors des pharmacies serait-il moins valable que celui donné par des pharmaciens ?

La question centrale qui est posée ici est surtout celle de garantir la sécurité de la vente de médicaments. Si la vente de médicaments était autorisée en-dehors des pharmacies, cela poserait la question de la sécurité : les officines sont des établissements contrôlés par les Autorités de santé, ce qui ne serait pas le cas de ces autres établissements. La sécurité des patients ne serait plus garantie !

Quels sont les objectifs de la campagne de mobilisation ?

La campagne a pour but de mobiliser les patients qui, par voie de pétition, interpellent directement les pouvoirs publics pour conforter le modèle officinal français qui présente des garanties uniques pour la santé publique et le lien social en France. A la veille de la Présidence française de l’Union européenne, cette mobilisation vise à réaffirmer les principes qui soutiennent notre modèle de santé publique, et dont l’officine constitue un maillon irremplaçable.

Quels sont les messages clés que vous souhaitez véhiculer à travers cette mobilisation ?

La campagne vise à rappeler que déstructurer notre réseau officinal aujourd’hui, c’est briser le dernier lien qu’ont le patient et son entourage avec sa santé au quotidien. C’est aussi priver le patient et ses proches d’un professionnel de santé qui est un maillon essentiel de la sulidarité, notamment dans les territoires où la démographie médicale est en perte de vitesse.

le blog photos :

http://blog.defendezvotresante.com/

les tracts :



TRACT (Format A4) Télécharger
 
 
TRACT (Format A5) Télécharger
 
 
BANDEROLE "Tombez malade aujourd'hui" ( 7 x A4 ) Télécharger
 
 
BANDEROLE "Demain, ce sera peut-être trop tard." ( 7 x A4 ) Télécharger
 

Pétition : Demain, il sera peut-être trop tard

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !



Connexion
lien recommandation

Recommander cet article:

Options

Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)

Vote article
Score estimé: 0
Vote(s): 0

Prenez une seconde pour voter pour cet article
Excellent
Très bien
Bien
Moyen
Mauvais

Liens connexes
L'article le plus lu à propos de Informations

Tous les logos et les marques présentes sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Des détails sur les copyrights et les modules installés peuvent être trouvés Ici.

Vous pouvez syndiquer le contenu de ce site : Flux-RSS/RDF.

Les commentaires, les articles et le contenu sont quand à eux sous la responsabilité de leurs rédacteurs.
© by Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin


Page générée en 0.2161 secondes, avec 13 requêtes SQL