Pharmacie de garde
Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin - Bronchiolite
 Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin
  Science et Conscience - Unité de Doctrine et Discipline.
  Articles archivés  Sujets
Toute l'actualité du site
Connexion
Principal
Communauté
Temps de lecture à propos de 6 minutes
Bronchiolite  
Proposé par andre le mardi 03 décembre 2002

Informations

Bronchiolite du nourrisson,

lavage du nez et kiné


10 questions sur la bronchiolite du nourrisson

La bronchiolite est une infection virale qui affecte près de 500 000 nourrissons chaque année en France. Les symptômes, le plus souvent modérés, inquiètent souvent les parents. Pas de panique: il est inutile de se précipiter aux urgences sans l'avis de son médecin.

La bronchiolite est souvent précédée d'une banale rhinopharyngite. Le bébé présente une toux sèche quinteuse, sa respiration s'accélère et il a du mal à expirer. L'hospitalisation n'est indiquée que pour environ 5 % des enfants et la décision d'hospitaliser est du ressort du médecin; elle est systématique chez les nourrissons de moins de 6 semaines. Le traitement ambulatoire associe le lavage nasal et la kinésithérapie respiratoire. Il s'accompagne de mesures d'hygiène simples.

Le lavage nasal
L'hygiène nasale est indispensable chez le nourrisson, surtout en cas de bronchiolite. Le bébé ne respire que par le nez jusqu'à l'âge d'un an. L'objectif du lavage est de nettoyer le rhinopharynx avec du sérum physiologique pour éliminer les mucosités. Mais ce geste simple en principe ne l'est pas en pratique. Le bébé gesticule et crie; vous avez peur de lui faire mal et, du coup, le lavage nasal est mal fait et inefficace. Pour éviter que la manoeuvre ne tourne au drame, adoptez une technique simple: allongez bébé sur la table à langer, maintenez-le fermement contre votre thorax et enserrez-le avec votre bras de l'autre côté. Vos deux mains restent libres; avec l'une, vous inclinez la tête du nourrisson sur un côté et avec l'autre, vous introduisez délicatement l'embout nasal dans une narine. L'opération est renouvelée pour la deuxième narine en tournant la tête du bébé de l'autre côté.

La kinésithérapie respiratoire avant tout
La kinésithérapie respiratoire est incontournable et constitue le traite­ment numéro un pour lutter contre l’encombrement bronchique. Elle est effectuée par un kinésithérapeute expérimenté, grâce à la technique d'accélération passive du flux expiratoire. Plusieurs phases se succèdent, parents sensibles s'abstenir ! Le kinésithérapeute effectue avec la main des pressions douces ou forcées sur le thorax de l'enfant, afin d'amener le poumon à se vider de son contenu d'air, ce qui entraîne en même temps une évacuation des sécrétions. Il provoque ensuite une toux en sollicitant manuellement la trachée du bébé jusqu'à totale libération des bronches - manoeuvre très peu appréciée du petit patient et encore moins des parents! Pourtant l'amélioration est immédiate, spectaculaire et chacun peut reprendre son souffle! La kinésithérapie est réalisée une ou plusieurs fois par jour et tous les jours.

Les mesures de prévention et d'hygiène
La bronchiolite est une maladie très contagieuse. Des mesures de prévention s'imposent pour tenter de diminuer le nombre de nourrissons atteints et prévenir les formes graves. Quelques conseils pratiques de votre pharmacien :
-lavez-vous systématiquement les mains avant et après chaque contact avec le nourrisson malade;
-désinfectez les objets souillés (peluches, "doudous", table à langer...);
-si possible, reportez la mise en collectivité au-delà de l'âge d'un an chez l'enfant à haut risque, ou la mise en crèche trop précoce en période d'épidémie.
Les mesures générales d'hygiène concernent l'hydratation et la nutrition, le couchage et l'environnement:
-faites boire l'enfant souvent, par petites gorgées; fractionnez ses repas et épaississez ses biberons;
-mettez l'enfant sur le dos en position demi-assise;
-ne fumez pas, aérez la chambre et maintenez la température à 19 °C.

Christine Nicolet "BIEN ETRE SANTE"

UN LAVAGE EFFICACE ET SANS DANGER

-Nettoyez et désinfectez l'embout avant et après chaque utilisation.
-Ouvrez les dosettes délicatement pour éviter les aspérités coupantes, et utilisez une dosette par narine (risque de contamination).
-Effectuez une pulvérisation franche de plusieurs secondes avec le spray ou une pression ferme sur le corps du flacon en plastique. L'efficacité du lavage nasal est visible lorsque le produit introduit par une narine ressort par l'autre narine.
-Redressez la tête de bébé après le lavage pour laisser s'écouler les mucosités.
-Apprenez à l'enfant à se moucher dès que possible.

10 questions sur la bronchiolite du nourrisson


Très contagieuse, la bronchiolite est une maladie virale qui touche les enfants de moins de 2 ans. Malgré des symptômes impressionnants, son évolution à court terme est le plus souvent bénigne, sous réserve d'une kinésithérapie quotidienne.


1. Qu'est-ce que la bronchiolite du nourrisson ?
C'est une maladie virale qui se caractérise par une inflammation des voies respiratoires due au VRS (virus respiratoire syncytial). Elle touche surtout l'enfant de moins de 2 ans.

2. Comment se transmet-elle ?
Par voie aérienne directe (postillons, morve, gouttelettes émises lors la toux), mais aussi par les mains et les objets (peluches): le virus persiste 30 minutes sur la peau et plusieurs heures sur les linges et surfaces souillées! C'est une maladie très contagieuse qui se manifeste par épidémies, d'octobre à mars, avec un maximum de cas en décembre et janvier.

3. Quels sont les signes cliniques ?
Ils sont respiratoires: respiration difficile, rapide (polypnée) et sifflante (freinage expiratoire), obstruction des petites bronches (ou bronchioles) due à l'inflammation locale et à l'hypersécrétion de mucosités, toux répétitive et quinteuse. La fièvre est modérée, ne dépassant pas 38,°5 C.

4. Est-ce une maladie grave?
Malgré un tableau impressionnant, la bronchiolite est une maladie souvent bénigne, d'évolution favorable en 3 à 5 jours.

5. L'enfant peut-il rester au domicile ?
Dans la plupart des cas, après avis médical, l'enfant peut être soigné au domicile. Cependant, si aucun médecin ne peut se déplacer, il faut consulter rapidement, ou aller aux urgences de l'hôpital le plus proche.

6. Quand est-il hospitalisé?
Seulement en cas de signes de gravité (respiration rapide et difficile, sueurs, pauses respiratoires, défaut d'alimentation, troubles de la conscience) ou s'il s'agit d'un enfant particulièrement fragile (avec un "terrain à risque"): nourrisson de moins de 3 mois, grand prématuré, maladie pulmonaire ou cardiaque, déficits immunitaires... Des conditions socio-économiques difficiles peuvent aussi justifier l'hospitalisation.

7. Quel est le traitement?
Il repose surtout sur la kinésithérapie respiratoire. Elle doit être réalisée une à deux fois par jour, à distance des repas, tous les jours, même les dimanches et jours fériés. Entre les séances, l'enfant doit être couché sur le dos, en position demi-assise. Il doit être souvent nourri et hydraté (administration fractionnée et répétée de biberons). Il faut essayer de lui déboucher les narines grâce à des instillations de sérum physiologique. Les inhalations de médicaments dits bronchodilatateurs par des aérosols sont parfois d'un appoint précieux, tout comme le traitement d'un reflux gastrooesophagien s'il y en a un. Les corticoïdes sont inutiles. Les antitussifs sont contre-indiqués et dangereux: ils diminuent les capacités respiratoires de l'enfant et sa possibilité d'évacuer les sécrétions en toussant.

8. Les antibiotiques sont-ils utiles?
Les antibiotiques ne sont efficaces que sur les bactéries; ils ne sont donc prescrits qu'en cas de surinfection bactérienne ou de terrain fragile (maladie cardiaque ou pulmonaire associée).

9. Peut-on prévenir la bronchiolite ?
La bronchiolite se transmet par les sécrétions nasopharyngées (postillons, morve, etc.), les mains ou les objets. Quelques règles d'hygiène simple limitent la contagion:
*se laver les mains avant et après s'être occupé d'un enfant malade,
*ne pas embrasser un enfant malade,
*ne pas embrasser un enfant sain si l'on est soi-même malade,
*isoler les enfants malades,
*ne pas prêter leurs objets personnels (peluches, pèse-bébé...) à d'autres enfants.

10. Y a-t-il des séquelles?
À long terme, certains enfants ont des épisodes de toux accompagnées de sifflement et peuvent, vers l'âge de 10 ans, devenir asthmatiques. Ce risque est encore accru s'il existe un terrain familial prédisposant.



Dr Daniel Le Courtois : Bien être et Santé nov 2004

Bronchiolite

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !



Connexion
lien recommandation

Recommander cet article:

Options

Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)

Vote article
Score estimé: 0
Vote(s): 0

Prenez une seconde pour voter pour cet article
Excellent
Très bien
Bien
Moyen
Mauvais

Liens connexes
L'article le plus lu à propos de Informations

Tous les logos et les marques présentes sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Des détails sur les copyrights et les modules installés peuvent être trouvés Ici.

Vous pouvez syndiquer le contenu de ce site : Flux-RSS/RDF.

Les commentaires, les articles et le contenu sont quand à eux sous la responsabilité de leurs rédacteurs.
© by Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin


Page générée en 0.06 secondes, avec 13 requêtes SQL