Pharmacie de garde
Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin - Sommaire de l'article, Page 7
 Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin
  Science et Conscience - Unité de Doctrine et Discipline.
  Articles archivés  Sujets
Toute l'actualité du site
Connexion
Principal
Communauté

Sommaire de l'article


Arrêt de commercialisation d'Accomplia  
Sujet: Informations

Cher Confrère,
Sanofi-aventis en lien avec l’Agence Européenne du Médicament (EMEA) et l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS) souhaite vous informer de la suspension de l’autorisation de mise sur le marché d’Acomplia®, avec pour conséquence un arrêt de commercialisation à compter de ce jour.
Vous retrouverez les éléments d’informations et d’explications relatifs à cette suspension d’AMM dans les communiqués de l’EMEA (http://www.emea.europa.eu/) et de l’AFSSAPS (http://afssaps.sante.fr).


En pratique et conformément aux recommandations de l’EMEA et de l’AFSSAPS, nous vous demandons :
- d’arrêter toute délivrance (initiation ou renouvellement) d’Acomplia® à vos patients.

- de conseiller aux patients actuellement sous Acomplia® de recontacter leur médecin traitant, sans urgence, afin de réévaluer les modalités de prise en charge thérapeutique. Il n’y a pas de caractère d’urgence à arrêter le traitement toutefois les patients qui le souhaitent peuvent le faire.

Soucieux de vous apporter toutes les informations complémentaires dont vous auriez besoin sanofi-aventis met, à votre disposition,

un n° vert particulier dédié aux Professionnels de Santé : 0 800 53 78 81

Vous recevrez très prochainement la lettre d’information des Professionnels de Santé issue des Autorités de Santé.
Nous vous remercions pour l’attention que vous porterez à ce courriel et vous prions d’agréer, Cher Confrère, l’expression de nos salutations distinguées.

Proposé par andre le lundi 27 octobre 2008 Lire la suite...

Novalac : Rappel de lot d’AR DIGEST  
Sujet: Brèves

Paris, le 24 septembre 2008. Suite à une suspicion de présence de salmonelle dans de l’AR DIGEST 800g lot n°10 de Novalac, portant la date d’expiration du 18/06/2011, le laboratoire a procédé par mesure de précaution depuis hier au rappel du lot numéro 10, rappel à ce stade effectif.
Toutefois, les retours consommateurs, enregistrés depuis 24 heures montrent une certaine confusion (entre les numéros de lot, de boîtes et les dates d’expiration notamment). C’est pourquoi, pour faciliter le rappel, il a été décidé de l’étendre aux lots se terminant par les numéros 01 à 10 d’AR Digest.
....

 

Proposé par andre le jeudi 02 octobre 2008 Lire la suite...

Communiqué de Presse : Alerte Botulisme  
Sujet: Actualités

CONFIRMATION DE BOTULISME D’ORIGINE ALIMENTAIRE

ET EXTENSION DU RETRAIT/RAPPEL DES PRODUITS

Le Centre national de référence a informé ce jour les autorités sanitaires et vétérinaires que les échantillons de plat mexicain « enchiladas au poulet» de la marque « Companeros », prélevés suite à l’hospitalisation ce week-end de deux personnes d’une même famille, présentent une très forte toxicité liée à la présence de toxine botulique. Ces deux personnes sont toujours dans un état préoccupant mais stable.

Par conséquent le professionnel concerné en accord avec les autorités sanitaires et vétérinaires procède au retrait et au rappel de l’ensemble des produits de type « enchiladas » et « fajitas » de la marque Companeros quelle que soit la date limite de consommation

Les produits portant le numéro de lot 08/ 190 avec une date de consommation au 7 août 2008 ne sont donc pas les seuls lots concernés par ce retrait/rappel.

Les autorités sanitaires rappellent que les produits concernés ne doivent en aucun cas être consommés, ni conservés. Ils ne doivent cependant pas être jetés mais rapportés sur le lieu de vente pour permettre des analyses.

Le botulisme est dû, le plus souvent, à l’ingestion d’une toxine produite par la bactérie Clostridium botulinum. Il n’y a pas de transmission interhumaine. Le délai entre la consommation du produit contaminé et l’apparition des troubles digestifs ou visuels est en moyenne de 6 à 36 heures (maximum 15 jours).

L’apparition, dans les 48h suivant la consommation de ces produits, de douleurs abdominales, de vomissements, de troubles digestifs ou de troubles de la vision doit conduire à consulter rapidement un médecin.

Contacts presse :

Direction générale de l'alimentation :
Patrick Tallon - 01 49 55 58 39 - 06.70.64.15.98 - patrick.tallon@agriculture.gouv.fr 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes :
Gérard Péruilhé01 44 97 23 91communication@dgccrf.finances.gouv.fr 

Direction générale de la santé :
Marika Valtier – 01.40.56.42.43 / 06.74.97.85.17 - marika.valtier@sante.gouv.fr
Site internet : http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/botulisme/accueil.htm

Proposé par andre le jeudi 14 août 2008 Lire la suite...

Médicaments en accès direct  
Sujet: Informations

mise à jour : 01 juillet  2008
Le décret « médicaments de médication officinale », qui vient d’être publié, autorise la mise à disposition de certains médicaments devant le comptoir des pharmacies d’officine, en accès direct, dans un espace spécialement dédié à cet effet.
L’Afssaps a été chargée de définir la liste des médicaments concernés par cette mesure selon des critères visant à garantir la sécurité sanitaire et la sécurité des patients. L’Afssaps rend aujourd’hui publique la liste des médicaments de médication officinale disponible en accès direct.
Par ailleurs, l’Afssaps et le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens ont produit conjointement un ensemble de documents d’information avec le concours de professionnels de santé, d’industriels et de représentants d’associations de patients, afin d’accompagner la mise en œuvre de cette mesure.

Proposé par andre le mercredi 02 juillet 2008 Lire la suite...

Pétition : Demain, il sera peut-être trop tard  
Sujet: Informations

Bonjour,
Vous avez récemment souhaité savoir pourquoi il est urgent de tomber malade aujourd’hui… C’est simple : parce que demain il sera peut-être trop tard.
Trop tard pour être bien conseillé en matière de santé.
La libéralisation et l’ouverture de la vente de médicaments à la concurrence pourraient faire disparaître le conseil de proximité et la garantie de sécurité que vous offrent aujourd’hui 23000 pharmaciens partout en France.
Alors n’attendez pas, il y a urgence.
Rendez-vous sur
www.defendezvotresante.com pour vous informer et nous aider à défendre votre santé. Invitez également vos amis à connaitre ce site.
Les Pharmaciens,
Notre métier, c’est votre santé.


Veuillez signer la pétition en ligne sur le site : http://www.defendezvotresante.com/

Proposé par andre le jeudi 29 mai 2008 Lire la suite...

tombezmaladeaujourdhui  
Sujet: Informations
URGENCE !

Il n'y a plus une minute à perdre pour tomber malade.
Les Pharmaciens vous proposent quelques conseils pour y arriver dès aujourd'hui.
Rendez-vous sur 

 www.tombezmaladeaujourdhui.com

Proposé par andre le jeudi 29 mai 2008 Lire la suite...

Mésusage et le détournement de certains médicaments  
Sujet: JO

Afssaps
Paris, le 10 avril 2008

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Lutte contre le mésusage et le détournement de certains médicaments

Parution de l’arrêté d’application de l’article 162-4-2 du code de la sécurité sociale

Pour renforcer la lutte contre le mésusage et le détournement de certains médicaments, le Directeur général de la santé et le Directeur de la sécurité sociale viennent de faire publier le 8 avril l’arrêté du 1er avril 2008 pris en application de l’article 162-4-2 du code de la sécurité sociale. Cet arrêté fixe, après avis du directeur général de l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS), la liste des médicaments dont la prise en charge sera subordonnée à deux conditions : d’une part, l’inscription du nom du pharmacien désigné par le patient sur l’ordonnance ; d’autre part, en cas d’usage abusif ou de mésusage, l’établissement d’un protocole de soins entre le médecin traitant, le médecin conseil de la caisse d’assurance maladie et le patient.
La parution de cet arrêté était indispensable à la mise en oeuvre effective de l’article L162-4-2 du code de la sécurité sociale (CSS), qui renforce l’encadrement de la prescription et de la délivrance de soins ou traitements susceptibles de faire l'objet de mésusage, d’usage détourné ou d’usage abusif, notamment par de nouvelles conditions pour la prise en charge par l'assurance maladie.
Cette disposition répond à un double objectif d’amélioration du bon usage du médicament, de la qualité des soins et de réduction des coûts, en renforçant notamment le lien entre le médecin et le pharmacien. Le choix des médicaments concernés a fait l’objet d’une large concertation, notamment au sein d’instances réunissant des professionnels et des représentants d’associations (commission nationale des stupéfiants et des psychotropes de l’Afssaps, commission addictions du ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative).
Sont ainsi concernées l’ensemble des spécialités contenant les substances suivantes : buprénorphine haut dosage(*)
, flunitrazépam, méthadone et méthylphénidate.
Pour prétendre à la prise en charge par l’assurance maladie de ces médicaments, le patient devra désormais indiquer obligatoirement à son médecin le nom du pharmacien qui sera chargé de la délivrance. Le médecin devra quant à lui, mentionner ce nom sur la prescription qui devra être exécutée par le pharmacien ainsi désigné. Pour ces mêmes médicaments, si les services du contrôle médical de l’assurance maladie constatent un usage abusif ou un mésusage (sur la base de critères intégrant notamment les quantités prescrites et le nombre de prescripteurs), la prise en charge sera subordonnée à l’établissement d’un protocole de soins entre le médecin traitant, qu’il exerce en ville ou en établissement, et le médecin conseil de la caisse d’assurance maladie (article L.324-1 du code de la sécurité sociale). Ce protocole devra être signé par le patient.
L’arrêté prévoit, en outre, l’établissement systématique d’un tel protocole pour tout traitement par méthadone sous forme de gélule et ce, dès son initiation. En effet, la mise sur le marché de cette nouvelle galénique pourrait conduire à une augmentation des cas d’abus et de mésusage de la méthadone, entraînant des risques sanitaires plus importants. L’obligation d’établir un tel protocole est une des mesures de précaution qui ont été jugées nécessaires au stade de la délivrance de l’autorisation de mise sur le marché.
Contact presse DGS : 01 40 56 52 62
Contact presse Afssaps : 01 55 87 30 33 / 22 
(*) Définie comme la buprénorphine administrée par voie orale à des doses unitaires supérieures à 0,2 mg par prise

Proposé par andre le vendredi 02 mai 2008

DÉLIVRER UNE BOÎTE EN PLUS SANS PRESCRIPTION  
Sujet: Gardes Urgences  

Les pharmaciens peuvent délivrer sans prescription une boîte de médicaments supplémentaire à leurs clients qui n’ont pas fait renouveler leur ordonnance à temps. Pour cela,l’assuré doit suivre un traitement chronique (trois mois minimum) dont une interruption pourraitêtre préjudiciable. Le pharmacien délivre la boîte en question sur la base de l’ordonnance initiale et en informe le médecin prescripteur.
Toutefois, la délivrance de stupéfiants, d’anxiolytiques et d’hypnotiques reste totalement exclue de ce dispositif.

Source : http://www.ameli.fr/fileadmin/user_upload/documents/LettreAuxPharmaciens_janv2008.pdf

Proposé par andre le lundi 14 avril 2008


107 Articles (14 pages, 8 Articles par page)

Tous les logos et les marques présentes sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Des détails sur les copyrights et les modules installés peuvent être trouvés Ici.

Vous pouvez syndiquer le contenu de ce site : Flux-RSS/RDF.

Les commentaires, les articles et le contenu sont quand à eux sous la responsabilité de leurs rédacteurs.
© by Syndicat des Pharmaciens du Haut-Rhin


Page générée en 0.0839 secondes, avec 13 requêtes SQL