Articles sur le sujet: Actualités



Nouvelle Production 1200litres SHA

Bonjour à tous

petit résumé de la journée…

De bon matin (voire de très bon matin avec le changement d’heure), une première équipe de pharmaciens avait rendez vous à la caserne de Soultzeren pour relever un nouveau défi : tripler la production de samedi dernier en produisant 1200 litres de Solution Hydro Alcoolique.
En plus du café, le lieutenant Paul Ertlé ainsi que les pompiers Guillaume et Nicolas nous attendaient en compagnie de Bérangère Thomen de la brasserie du Marcaire. Vu la quantité à produire, il avait été décidé d’organiser l’opération dans des locaux spacieux et aérés : moins de vapeur d’alcool et surtout plus d’espace de travail pour éviter la promiscuité. La caserne des pompiers était donc l’endroit adéquat.

Après un rapide briefing sur la sécurité, une organisation en deux lignes autonomes de production a été retenue. Une équipe pour les lots pairs, l’autre pour les lots impairs, avec pour chacune un responsable défini pour bien suivre les étapes et valider le processus. En moins de 4 heures, plus de 28 lots de 30 litres avaient été conditionnés et étiquetés dans des bidons de 5 litres. Nous en profitons pour remercier la société CORTEVA de Cernay qui nous a gracieusement fourni et surtout livré les bidons en un temps record et nous remercions également la société Daiichi Sankyo France SAS d’Altkirch qui nous a généreusement donné 60 litres de H202, véritable facteur limitant dans notre procédé. Les 990 litres d’éthanol absolu ont été financés par l’URPS Pharmaciens (Union Régionalel des Professionnels de Santé) du grand Est, merci à M.Christophe Wilcke, Pharmacien et Président régional.

Sur les coups de 13h, après une formation rapide de la relève, une pause déjeuner s’imposait… et malgré les restrictions de convivialité imposées par les mesures de distanciation… c’est avec appétit que nous avons partagé un repas marcaire offert par la ferme auberge du Rothenbrunnen à Sondernach : Schiffala et Roïgebrageldi fondantes ...un délice !
Après la pause, retour dans le hangar avec la deuxième équipe … et la neige ! Mais comme les opérations sont bien huilées (je dirais même glycérinées), les 12 derniers lots sortent régulièrement, toujours sous l’oeil attentif de Catherine Lerch, professeure de TP au CFA Roosevert de Mulhouse, qui nous revaliderait à tous notre diplôme j’en suis certaine!
La dernière partie de la journée a été le rangement puis la mise à l’abri, dans un lieu tenu secret pour des raisons évidentes de sécurité des 238 bidons de Solution Hydro Alcooliques.
A présent il faudra attendre 72h avant de pouvoir les utiliser.
Enfin à la question de savoir à qui ils sont destinés, la réponse est qu'une partie sera offerte aux 73 communes de la circonscription, une partie à une liste d’ Ehpad communiquée par l’ARS et la dernière partie aux services des Douanes.

Ce soir nous sommes certes fatigués mais regonflés par ces moments de solidarité partagés. Cette crise est terrible et malheureusement, elle n’est pas finie... Ces petites actions font du bien au moral collectif, et c’est important pour tenir ensemble.
Alors encore Merci aux entreprises et institutions qui ont répondu présentes, Merci aux pompiers volontaires, Merci à Bérangère et Merci à mes confrères pharmaciens qui sont devenus des amis.

Elisabeth


0 commentaires ?

GENERIQUES Au 01/01/2020



0 commentaires ?

La FSPF interroge… l’Etat corrige

Les Comptes de la Santé présentés par le ministère de la Santé (DREES*) fournissent chaque année une analyse détaillée de la consommation des soins de santé en France. En septembre 2017, la FSPF avait contesté la méthodologie utilisée dans le rapport annuel de la DREES qui se traduisait par une majoration injustifiée de la consommation de médicaments non remboursables. 

Pour son édition 2018, la DRESS a rectifié dix années d’historique, ce qui confirme l’analyse de la FSPF. La consommation de médicaments non remboursables a été corrigée à 2,806 milliards d’euros pour 2016 (contre 4,069 milliards d’euros sans correction), soit un recul de plus de 30 %.

Au-delà des chiffres bruts, ces « corrections » mettent à mal de nombreuses idées reçues :

  • NON, le reste à charge pour les ménages sur le poste médicaments n’a pas progressé de 3 points comme l’indiquait le rapport de septembre 2017 (14 % en 2002 contre 17,1 % en 2016). Après correction il a, au contraire, diminué de 1,2 point sur cette même période (14,8 % en 2002 contre 13,6 % en 2016).
  • OUI, les pharmacies d’officine ont su absorber sur leur rémunération les augmentations de prix fabricants et les deux augmentations de la TVA des médicaments non remboursables.

La baisse de 12 % de ces médicaments en 10 ans montre bien que le pharmacien d’officine, professionnel de santé indépendant et responsable, n’incite pas à la consommation par des pratiques commerciales agressives.

Ces résultats corrigés viennent donc contredire les arguments de ceux qui militent, à grand renfort publicitaire, pour une dérégulation du marché des médicaments non remboursables.

0 commentaires ?

Manifestation devant la préfecture le 24 septembre 2014

De 400 à 700 pharmaciens, préparateurs ou étudiants en pharmacie ont manifesté mercredi devant la préfecture de Colmar pour dénoncer le projet gouvernemental de réforme des professions réglementées.

 

 

diaporama de la manifestation : ici
.....

suite...
0 commentaires ?

COMPARATIF

QUI EST LE MOINS CHER ?


 

Gain de pouvoir d'achat pour le client de la pharmacie 6,67 € Soit 36 %.

suite...
0 commentaires ?

Elections Nationales

Le 26 Mars 2013

Voilà notre Premier Membre élu au Bureau National

M. Pierre HICKEL
Pharmacie
1bis, rue de Belfort
68190 ENSISHEIM

Toutes nos félicitations

              

 

suite...
0 commentaires ?

Tiers Payant contre Generiques

Nouvelle page 1

Tiers-payant  Contre Génériques

 

 

 

Aujourd’hui, votre pharmacien n’est autorisé à vous faire bénéficier du tiers-payant que dans le cas ou vous acceptez qu’il vous délivre des médicaments génériques à la place des médicaments de marque indiqués sur votre ordonnance.
Ce dispositif vous concerne même si vous bénéficiez de la CMU et/ou de la CMUC,
même si vous êtes pris en charge au titre d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle ou si vous êtes en affection de longue durée.
Il s’applique uniquement aux médicaments qui disposent d’un générique.

Dans quels cas dois-je payer mes médicaments chez mon pharmacien ?
Tout dépendra de mon choix. Si je choisis qu’il me délivre des génériques, je serai dispensé de l’avance des frais .
Si je refuse le médicament générique, je devrai régler mes médicaments. Je pourrai ensuite me faire rembourser auprès de ma caisse d’Assurance Maladie en lui adressant la feuille de soins que mon pharmacien m’aura remise

Le médicament générique est-il moins sur que le médicament de marque ?
Les médicaments génériques sont soumis aux mêmes contrôles que les médicaments de marque. Les critères de qualité et de sécurité sont respectés et totalement garantis. Même si la couleur, la forme et l’emballage changent, le principe actif à l’origine de l’efficacité du médicament reste strictement identique

 

 

 

INFO FLASH

 La Commission Paritaire Régionale d'Alsace et la Commission Paritaire Locale des Pharmaciens du Bas-Rhin, prévues par la nouvelle Convention Nationale, ont été mises en place ce jeudi 12 juillet 2012.

A cette occasion, les CPAM du Haut-Rhin et du Bas-Rhin ont présenté le renforcement du dispositif tiers-payant contre génériques entériné par la Commission Paritaire Nationale du 06 juin 2012, dispositif qui concerne tous les Pharmaciens sans exception.

Le principe en est simple et clair :

- Application stricte du dispositif (seules les dérogations légales seront admises, à savoir les dérivés de la Thyroxyne, le Fentanyl, les antiépilleptiques et la mention non substituable correctement libellée).

- Seule la mention << non substituable >> manuscrite et en toutes lettres est acceptée.

- Cette mention doit être inscrite en regard de chaque médicament concerné et en aucun cas pour toute l'ordonnance.

- En cas de refus du patient, retour à la facturation papier sur volet brun Cerfa assorti de la mention << refus du générique >>.

- Le patient collera la vignette et enverra la feuille à la Caisse dont il dépend.

Remarques:

● Le principe d'une double facturation a été retenu :

- Le tiers-payant s'applique sur toute la partie conforme de l'ordonnance.

- Le dispositif papier ne s'applique que sur la ou les lignes non conformes à l'accord.

- La télétransmission de factures payantes non conformes est proscrite et sera décomptée dans l'application d'éventuelles sanctions individuelles.

● Les médicaments sous TFR et les médicaments dont le prix du princeps est égal à celui du générique sont exclus du dispositif.

● Les médicaments à base de Buprénorphine sont inclus dans le dispositif.

● La mesure s'applique à toute la population y compris les CMU, ALD, etc...

● La mesure s'applique également aux personnes de plus de 75 ans pour lesquelles une mesure supplémentaire est prévue afin qu'elles soient garanties que le même générique leur soit délivré au fil du temps afin d'éviter les confusions.

● La mention APNS n’a pas lieu d’être

TOUTE CONVENTION OU TOUT ACCORD LOCAL PRECEDEMMENT EN VIGUEUR SONT CADUCS

Ces mesures sont applicables immédiatement, néanmoins nous avons retenu la date du LUNDI 16 JUILLET comme date de démarrage pour l'observation du taux de pénétration du générique.

La Convention prévoit également des sanctions afin que tous les pharmaciens appliquent strictement la mesure.

Les récalcitrants se verront convoqués par les Caisses, mis sous surveillance et risqueront des rejets de lots entiers, voire des sanctions conventionnelles.

L'objectif national à atteindre est de 85% de taux de pénétration du générique !

Les médecins sont avertis de la mise en place de la mesure et les récalcitrants seront rappelés à l'ordre afin que les Pharmaciens victimes d'un abus de la mention << non substituable >> ne soient pas pénalisés par les pratiques de ces prescripteurs.

0 commentaires ?

suivi de pharmacovigilance : Antiviraux et Vaccins antigrippaux A(H1N1)

Antiviraux utilisés dans le cadre de la grippe A(H1N1), 2e bulletin de suivi de pharmacovigilance
 

L'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) publie le 2e bilan des notifications d'effets indésirables observés lors de l'utilisation des traitements antiviraux TAMIFLU (oseltamivir) et RELENZA (zanamivir), ainsi que de ZANAMIVIR IV, médicament disponible uniquement dans le cadre d'une ATU (autorisation temporaire d'utilisation) et indiqué dans les formes graves de grippe A(H1N1). Ce 2e bulletin porte sur la période du 1er octobre au 27 décembre 2009.

Selon l'Afssaps, les effets indésirables portés à sa connaissance à la date du 27 décembre 2009 ne remettent pas en cause la balance bénéfice-risque de ces médicaments.

En savoir plus :

Suivi de pharmacovigilance des antiviraux utilisés dans le cadre de la grippe A(H1N1) : bulletin n° 2, Afssaps (7 janvier 2010)

15/01/2010 - L'OFFICIEL DU MÉDICAMENT / Pharmacovigilance
Source : Afssaps (7 janvier 2010)

 

Vaccins antigrippaux A(H1N1), 10e bulletin hebdomadaire de suivi de pharmacovigilance:

 

Comme chaque semaine depuis le début de la campagne de vaccination contre la grippe A(H1N1), l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) publie le bilan des notifications d'effets indésirables liés aux vaccins antigrippaux A(H1N1). Ce 10e bulletin porte sur la période du 21 octobre 2009 au 3 janvier 2010.

Selon l'Afssaps, les effets indésirables portés à sa connaissance à la date du 3 janvier ne remettent pas en cause la balance bénéfice-risque des vaccins PANDEMRIX, PANENZA, CELVAPAN et FOCETRIA.

 

En savoir plus :

Suivi de pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) : bulletin n° 10, Afssaps (7 janvier 2010)

 

15/01/2010 - L'OFFICIEL DU MÉDICAMENT / Pharmacovigilance
Source : Afssaps (7 janvier 2010)

 

suite...
0 commentaires ?

18 Articles (3 pages, 8 Articles par page)